Consommation d’énergie

Le Défi Energie, vous connaissez ?

Le Défi Energie, c’est un COQ (ou plutôt un QQOQCCP)

Quoi : le Défi Energie est un concours (gratuit et sans engagement) d’économies d’énergie dont l’objectif est de démontrer que tous ensemble, il est possible de lutter efficacement contre les émissions de gaz à effet de serre. 

Qui : tous les membres de la famille peuvent participer, aussi bien les adultes que les enfants

Où : chez soi, à la maison mais il est aussi possible de participer aux évènements qui jalonnent le défi : évènement de lancement, de mi-parcours et de clôture. L’occasion de renforcer ses connaissances de façon ludique et d’échanger avec les autres participants

Quand :  du 1er décembre au 30 avril, il suffit de relever ses compteurs d’énergie (gaz, électricité), mais aussi fioul et bois/granulés

Comment : en réduisant nos consommations d’énergie grâce à une suggestion de 100 éco gestes que chacun pourra s’approprier sans renoncer à son confort

Combien : un objectif de réduction de -8% de sa consommation d’énergie dès la première année avec pourquoi pas l’idée d’aller plus loin grâce à des travaux plus conséquents

Pourquoi : parce que les petites rivières font les grands fleuves, parce nous voulons lutter contre le changement climatique à l’échelle locale 

Ce défi se déroule chaque année sur la saison hivernale au niveau national. Le rôle de Beynes en Transition est de le relayer localement et d’en assurer la promotion auprès de la population.

Il permet aux citoyens de s’investir à leur échelle dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Cette animation conviviale vise à modifier les comportements individuels et collectifs du quotidien, en adaptant ses pratiques grâce à des accompagnements et des conseils

Article rédigé par Hervé BRETAGNE

Affiche réalisée en 2020 par Morgan SEVENO

Affiche réalisée en 2016/ Défi 2017

Défi pour faire des économies !

Beynes En Transition continue le Défi Famille à Energie Positive en 2018 !

L’objectif est simple: réduire ses factures d’énergie (150€ en moyenne) par des éco-gestes au quotidien et créer une émulation dans la famille ! Avec ses 4 années d’expérience, Beynes en Transition saura vous aider en identifiant avec vous les points faibles de votre consommation et vous proposer des solutions adaptées. De plus, chaque équipe dispose d’un wattmètre, vous permettant de voir la consommation instantanée de vos appareils (en marche, en veille et parfois même éteint…). Un guide vous sera également fourni pour vous donner plein d’idées pour vous lancer !

Si vous voulez mieux connaitre ce qu’est ce Défi vous pouvez aller sur le site dédié, sur le site d’énergie solidaire ou regarder les articles de l’année précédente.

Pour vous inscrire dans une des équipes de Beynes, contactez Michel au : 06 12 49 67 14 ou contact@beynesentransition.fr.
Vous pouvez aussi utiliser la rubrique « nous contacter » présente dans le bandeau de droite si vous avez des questions à nous poser.

Départ le 1er décembre 2018 : à vos compteurs, prêts ? Partez !

Le DFAEP 2016-2017

Aujourd’hui, c’est le dernier jour, le dernier relevé pour le classement final du DFAEP (Défi Familles à Energie Positive).

La soirée de clôture aura lieu le vendredi 19 mai, au Parc aux étoiles, 2 rue de la Chapelle à Triel-sur-Seine (Hautil)

Le déroulement de la soirée est détaillé sur l’affiche suivante.

 

 

 

On recrute…des familles pour le Défi Familles à Energie Positive

Pour la session 2016-2017, l’équipe pour le Défi Familles à Energie Positive s’est dédoublée pour créer deux équipes. Il reste bien sûr des places pour des familles beynoises et des environs qui voudraient participer !
L’objectif est simple: réduire ses factures d’énergie par des éco-gestes, au quotidien et créer une émulation dans la famille !flyer-faep

Soirée énergie à la Ferme Expérimentale de Thiverval-Grignon le vendredi 23 septembre

logoes_hd2016_09_23_bet5Belle première et beau succès pour cette soirée organisée par Energies Solidaires et Beynes en Transition, associations environnementales.

Pour Nadia Kaminski de Bosschère, coordinatrice chez Energies Solidaires, « aller à la rencontre des collectivités et plus encore des citoyens est primordial. Cette soirée était prévue pour nous faire connaitre dans cette zone à la limite de notre couverture géographique ».

La première partie de soirée a permis à Vincent Levistre, coordinateur chez Energies Solidaires, de présenter aux élus présents un dispositif d’accompagnement à la réduction de la consommation d’énergie dans leur commune. « Ce dispositif permet, à raison de 1,5€/hab/an, de financer l’emploi d’un conseiller en énergie sur plusieurs communes. Cela concerne uniquement les communes de moins de 10000 habitants qui n’ont généralement pas les moyens ou le besoin d’une personne à temps plein sur cette thématique. Certaines modifications des habitudes peuvent réduire jusqu’à 20 à 30 %  la consommation en énergie, et le coût qui s’en suit. L’objectif étant toujours d’obtenir un retour sur investissement le plus rapide possible. Nous intervenons également pour conseiller lors de la rénovation ou la construction d’un nouvel équipement comme une salle des fêtes par exemple».

Un petit entracte a permis aux élus et aux particuliers de se rencontrer autour d’un buffet et de découvrir les produits de la boutique Gourmande de la Ferme de Grignon.

Pour la deuxième partie de soirée, Samuel Guérin et Alexandra Collin ont divisé leur intervention en une activité ludique sur l’histoire et la consommation de l’énergie, puis un exposé sur les différentes aides qui peuvent être attribuées aux particuliers en cas de rénovation énergétique : crédits d’impôt, aides spécifiques accessibles à tous… « Ces aides financières peuvent encourager la réalisation de travaux de rénovation. Beaucoup de gens ne savent pas que ces aides existent » a souligné Samuel Guérin. Energies Solidaires se met également à disposition des particuliers pour les éclairer dans leurs démarches administratives, le choix des rénovations prioritaires, la lecture d’un devis… Ils leur signalent les défauts à surveiller : « une fenêtre isolante ne sera efficace que si les joints qui l’entourent sont bien étanches » illustre Alexandra Collin. Michel Chartier, membre de Beynes en Transition, rajoutera « une caméra thermique peut mettre en avant ce genre de faiblesse mais doit être utilisée en hiver quand les températures intérieures et extérieures diffèrent d’au moins 10°C ». Samuel Guérin insiste: « N’hésitez pas à revenir nous voir avec vos documents, nous vous accueillerons avec plaisir pour examiner votre projet ».

Pour clôturer cette soirée, l’équipe de Beynes En Transition a présenté l’ensemble de ses activités qui sont souvent complémentaires à ce que propose Energies Solidaires : la participation au défi Familles à énergie positive organisé par Energies Solidaires (l’équipe de Beynes a, par exemple, réalisé une économie de plus de 1300 euros répartie sur 9 foyers au cours de l’hiver 2015 /2016 !), l’inspection thermique, le lien intergénérationnel avec le logement d’un junior chez un sénior, les bacs à nourriture et boite à lire sans oublier l’auto-stop organisé puisque Beynes en Transition est avec Villages d’Yvelines en Transition cofondateur de Pouces d’Yvelines.

Roland-Michel Roussard, Délégué Général d’Energies Solidaires, ainsi que Gaëlle Guérin et Armel Pitois, les co-présidents de Beynes en Transition ont remercié chaleureusement Hervé Bretagne de Beynes en Transition qui a magnifiquement organisé et coordonné les 2 équipes pour cette soirée. De l’avis unanime, « cette collaboration fructueuse en appellera d’autres ».

Contacts :

Energies Solidaires : Samuel Guérin – 01 39 70 23 06 / 01 30 22 48 86 – samuel.guerin@energies-solidaires.org

Beynes En Transition : Hervé Bretagne – 06 63 92 58 99 – bretagneherv@yahoo.fr

 

 

Le Défi Familles à énergie positive c’est par ici!

Nous sommes heureux de renouveler l’expérience cette année encore. Nous sommes un peu plus nombreux à concourir dans l’équipe mais il reste toujours des places, le nombre de participants n’est pas limité.

Défi Familles

Pour connaître en détail ce qu’est le Défi voyez le site de Energies Solidaires.

Pour vous inscrire,  contactez Michel au : 06 12 49 67 14 ou contact@beynesentransition.fr

Vous pouvez aussi utiliser  la fiche contact présente sur ce site dans le bandeau de droite.

A bientôt !

 

Histoire d’une maison passive dans les Yvelines

Interview de Stéphane V.

BET. Quel rôle a joué la commune ?

S.V. Il a fallu négocier et obtenir une dérogation au POS, car un toit mono pente, un bardage visible, une toiture végétalisée n’étaient pas autorisés… Cela a pris beaucoup de temps et de patience mais finalement le PLU a été modifié et ce type de construction est maintenant possible.

BET. Quels étaient les objectifs poursuivis ?

S.V. Construire une vraie maison bioclimatique avec la performance énergétique, le label BBC et le label allemand de maison passive ; pour cela, il fallait remplir un cahier des charges précis : pas de chauffage central mais un poêle à bois de faible puissance (7Kwh), un ballon d’eau chaude solaire, avec une résistance électrique d’appoint (2Kwh). Une maison chauffée par le soleil, avec une orientation primordiale, orientée 190° sud ; un triple vitrage, qui isole énormément, sans aucune sensation de paroi froide, même en plein hiver.

BET. Y a-t-il eu des subventions ?

S.V. Oui,  en 2009, il y a eu trois concours , un lancé par l’ADEME, un du département(FEDEI), et un autre de l’ALME ;  le propriétaire ayant gagné les trois a obtenu des subventions, qui n’ont plus cours actuellement.

BET. Comment a été choisi l’architecte ?

S.V. Les propriétaires avaient visité la maison passive du Mesnil Saint Denis labellisée,  et décidé de faire appel au même architecte, M.Karawitz.

BET. Quelle a été la durée des travaux ?

S.V. Il a fallu 5 mois entre l’arrivée des panneaux de bois et la fin de la construction ;  les panneaux ont été découpés au laser en usine, amenés puis assemblés par un   « manitou » .Les lames sont d’une seule pièce, jusqu’à 10 m de long, 3m de haut et 10cm d’épaisseur. Pour les finitions, cela a pris beaucoup plus de temps…

BET. Comment la maison est-elle construite ?  

S.V. Les fondations : on a creusé avant de mettre la dalle-béton puis on a construit un muret de 40cm de haut ; 20cm ont été remplis par du béton cellulaire et 20 cm par du liège dur ; la maison est comme emballée par un revêtement multicouche.  La dalle de béton, appelée radier, est plus large que la structure pour permettre d’isoler l’ensemble, le contour est fait pour éviter les ponts thermiques. L’ossature de la maison comprend des  panneaux de bois plein (mur porteur qui remplace les parpaings), un lattage avec 3 plis croisés, un régulateur de vapeur (toile), de la laine de bois comme isolant, un pare-pluie, un bardage (ravalement). La construction est dite en empilement : il y a ce qu’on appelle des murs de refend qui récupèrent le toit ; le plancher et le plafond sont faits de la même façon et posés sur les éléments porteurs.    

BET. Comment sont produites l’électricité et l’eau chaude ?

S.V. Il y a 5m2 de panneaux solaires, avec une bonne exposition ; Il ne s’agit pas de panneaux photo voltaïques : un liquide caloporteur capte la chaleur (calories), l’emmagasine puis la restitue…Il y a un ballon d’eau chaude solaire, une machine à laver la vaisselle et une machine à laver le linge avec arrivée d’eau chaude (ce qui en diminue la consommation). Quand il fait gris, une résistance électrique prend le relais (environ 30% de l’année).

BET. Et la ventilation ( ou VMC) ?

S.V. C’est une ventilation double flux ; il faut ventiler et évacuer l’air provenant de l’activité humaine . Au lieu de faire rentrer de l’air froid qui refroidirait tout, on extrait des pièces humides (salle de bains, cuisine…) l’air vicié ; un échangeur à plaques récupère les calories de l’air extérieur réchauffé ;  la vmc passe en mezzanine dans les pièces ; dans un petit local technique, on voit les bouches d’insufflation ; la commande est simple, c’est comme une chaudière ; avec le débit, les créneaux, les jours, une programmation… Les bactéries ne peuvent être enfermées dans l’air de la maison, puisqu’il n’y a pas de contact entre l’air entrant et l’air sortant.  

BET. Faut-il des chauffages d’appoint ?

S.V. Dans la salle de bains, il y a des sèche-serviettes et une température un peu plus élevée. Parfois on utilise aussi un petit convecteur à bain d’huile (coût = environ 50 euros à l’année). En bas, le petit poële, complètement étanche, chauffe avec des bûches de 25 cm ; en une journée, on consomme 3 bûches, le foyer est petit ; on obtient ainsi 22° dans la pièce ; comme il est entouré de céramique, il y a un fort rayonnement ; de plus, on ne sent pas le froid sur le triple vitrage.

BET. Et les ouvertures ?portes, fenêtres ?   

S.V. La porte d’entrée est une porte passive totalement isolée ; des tests d’étanchéité à l’air ont été effectués ; des mesures ont été prises avec un appareil spécial (pression – dépression) pour en valider l’étanchéité. Un travail d’isolation des fenêtres a aussi été fait autour des bâtis, pour éviter les ponts thermiques.

Merci à Stéphane de nous avoir accueilli chez lui.

(si vous voulez en savoir davantage, prenez contact avec l’association)